Logo Journal Les Sentinelles - Actualité sécurité et défense

Bourget 2015 : La DGA s'apprête à réceptionner l'avion banc d'essai nouvelle génération
La DGA s'apprête à recevoir le Folker 100, avion banc d'essai nouvelle génération. © Emmanuel Huberdeau

Bourget 2015 : La DGA s'apprête à réceptionner l'avion banc d'essai nouvelle génération

Avec son nez de Rafale, son pod Reco NG et son missile Mica sous la voilure, le Foker 100 banc d'essai de la Direction Générale de l'Armement (DGA) fait sensation. L'appareil qui est présenté au Salon du Bourget sera réceptionné avant la fin de l'année 2015. L'appareil remplacera progressivement au sein de la DGA essai en vol les actuels Myster 20.

L'appareil est un ancien avion de ligne qui a été modifié par Sabena. Plus grand et mieux adapté que les actuels Myster 20, l'Avion Banc d'essai Nouvelle Génération a été conçu pour accroitre le rapport coût efficacité des essais en vol. L'avion a été équipé de deux tonnes de câblages permettant d'intégrer tous types de systèmes. La taille de l'avion est également un atout. Le banc d'essai peut intégrer plusieurs systèmes à la fois. A bord quatre postes opérateurs et six baies d'installation ont été intégrées. Le cockpit n'a pratiquement pas été modifié. Seul un score radar vient trahir les nouvelles fonctions du Foker 100. Cet instrument permet aux pilotes d'essai de se servir directement du radar. Ils peuvent ainsi apporter leur expertise. Leur rôle est de se mettre à la place du futur utilisateur.

La DGA espère pouvoir réaliser jusqu'à 150 vols par an avec cet appareil tout en minimisant les temps d'indisponibilité au sol dus aux changements de configuration. Mais la DGA EV insiste sur le fait que le nombre d'heures de vol n'est qu'un aspect du travail de l'ABENEG, chaque vol est suivi d'un important travail d'exploitation des données.

Le nouveau banc d'essai est un outil essentiel pour la DGA, il permet entre autre de maintenir l'expertise aéronautique de l'agence française en charge des programmes d'armement.


L'appareil peut être utilisé pour les essais d'un grand nombre de systèmes : radar, systèmes de communication, guerre électronique, IFF, centrales inertielles ou encore nacelles de désignation ou de reconnaissance. Un point d'emport placé sous l'aile permet de tester les missiles. L'arme ne peut pas être lancée, mais l'autodirecteur peut être mis en fonction pour valider son fonctionnement.

Comme le dit le directeur de la DGA EV l'appareil permet d'avioner des systèmes qui ne sont pas encore matures et qui sont trop volumineux pour être embarqués sur les chasseurs de la DGA EV. Cette dernière dispose actuellement d'une quarantaine d'aéronefs (Hélicoptères et voilures fixes) avec 9 Mirage 2000 reconnaissables à leur livrée gris clair. A termes, la DGA EV ne devrai plus disposer que de 25 appareils. Les sept Myster 20 vont être progressivement retirés du service. Pour opérer ces appareils, une vingtaine de pilotes d'essais sont disponibles. Avec assez peu d'heures de vol par an, la durée de vie de l'ABENG devrait être d'au moins 20 ans. Le nouveau fleuron de la DGA EV débutera ses essais en vol en 2016.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.