Logo Journal Les Sentinelles - Actualité sécurité et défense

Prix Erwan Bergot pour J.C Notin : Maréchal Juin
Maréchal Juin © Defgouv

Prix Erwan Bergot pour J.C Notin : Maréchal Juin

Le prix Erwan Bergot 2016 revient à Jean-Christophe Notin pour son ouvrage sur le Maréchal Juin.

Déjà récompensé en 2015 lors du Triomphe à Saint-Cyr Coetquidan par les Cyrards et Dolos avec le prix des Cadets pour « La Guerre de la France au Mali » (éditions Tallandier), Jean-Christophe Notin re-signe cette année avec un majestueux écrit sur Alphonse Juin. Un général d'armée, élevé maréchal de France en 1952 (seul général de la Seconde Guerre mondiale à avoir été élevé à la dignité de maréchal de France de son vivant), qu'il juge comme le meilleur des généraux français sur le champ de bataille, et le plus redouté des débats politiques d’après-guerre.

J.C Notin cherche à illustrer le mystère de ce Maréchal né à Bône (département de Constantine) le 16 décembre 1988. Une énigme que cet homme en avance sur les principes de commandement de son temps. Que ce soit à la tête de ses tirailleurs marocains, dans les tranchées ou sur les pentes d'Abruzzes, l'ombre de la certitude semble flotter sur celui qui semble savoir plus que croire. Le miracle Juin se clos avec les salutations du général de Gaulle, honorant un « homme né pour être soldat, et que l'Histoire a jeté dans mille intrigues ». Mille intrigues revisitées dans un ouvrage.

Le prix littéraire de l'armée de Terre « Erwan Bergot », fondé en 1995 par le général chef d'Etat-major de l'armée de Terre, récompense depuis cette même année un ouvrage grand public, contemporain, de la littérature française dont le contenu s'inscrit dans le roman national de la nation française. Un texte d’engagement au service de la France et de ses valeurs.

Général Lanrezac du Lieutenant-Colonel Pierre-Henri Aubry a reçu une mention spéciale pour la qualité appréciée des valeurs et vertus exprimées.

Les livres sélectionnés pour concourir à l'édition 2016 étaient :

  • Général Lanrezac (éditions Argos) du Lieutenant-Colonel Pierre-Henri Aubry: ouvrage bibliographique sur Charles Lous Marie Lanrezac, général français qui a été placé à la tête de la la 5e armée française lors de la Première Guerre mondiale, par Joffre. Il s'illustrera lors de la bataille de Charleroi en aout 1914, et indirectement lors de la bataille de la Marne en septembre 1914.

  • Outre-terre (éditions des équateurs) de Jean-Paul Kaufmann : un regard minutieux sur Eylau « une bataille à part dans les faits d'armes napoléoniens (…) une victoire à la Pyrrhus, à l'arrachée, dont Napoléon n'aimait évoquer le souvenir quand il fut exilé à Sainte-Hélène. Une bataille particulièrement meutrière qui se déroula dans le brouillard, l'obscurité, sous la neige ». Ce fut le cimetière d'Eylau.

  • Un Monde en paix, une utopie réaliste ? (Editions Charles Léopold Mayer) du général Cot : « Avec une conviction communicative, le général Jean Cot proclame dans cet ouvrage sa foi en une utopie aussi vieille que la guerre : la paix du monde. La guerre, dit-il, n est pas une fatalité mais un mode aberrant de résolution des tensions inévitables, voire nécessaires. Elle ne résulte pas de réactions en chaîne incontrôlables mais, le plus souvent, de la volonté délibérée de « fauteurs de guerres » qu il faut identifier, dénoncer, condamner ».

  • Guerre d'Algérie. Une chronologie mensuelle (Editions L'Harmattan), de Jean Balazuc : un écrit pour se situer. Un écrit pour situer les unités, les soldats, les hommes politiques, les multiples décisions du pouvoir et de ses représentants sur le terrain. Une chronologie pour retracer cet ensemble d'enchainement de faits historiques et d'actes de guerre.

  • Médecin de guerre, de l'Afghanistan à Paris. La guerre sans front (Editions Le passeur éditeur), d'Elie Paul Cohen : récit d'une histoire d'un urgentiste franco-britannique âgé de 55 ans envoyé à Camp bastion en Afghanistan auprès de médecins américains afin d'importer les méthodes de sauvetage françaises. Etonnante que cette histoire qui voit s'avancer au devant des mots, l'histoire d'un homme anti-militariste devenir un militaire au service d'un uniforme, d'un pays et d'une coalition.

  • Visages de Verdun (Editions Perrin) de Michel Bernard : « Nul ne peut prétendre connaître la France et ce qui fait le fond de notre pays, ce peuple très ancien et mêlé qui vit là, au bout de l'Europe, s'il n'a posé son regard sur cet horizon de bois élevés qui s'appellent le Mort-Homme, la cote 304, Douaumont, Vaux, Fleury, le bois des Caures... Nul ne peut comprendre la relation singulière qui s'est nouée ici entre la France et l'Allemagne, s'il n'a vu sous l'Ossuaire les restes mélangés de leur commune humanité, témoignage d'une commune souffrance ». L'auteur dévoile l'essence d'une bataille à l'âme perdue. Un récit de l'entendement et de l'esprit sur l'extinction de trois cent mille soldats français et allemands tombés sur l'étendue des trois cents jours de la bataille de Verdun.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.