Logo Journal Les Sentinelles - Actualité sécurité et défense

Le Royaume-Uni planche sur son futur char lourd
Le canon L30A1 du Challenger II en action. Sa grande précision et son blindage ont fait sa renommé. © Minister of Defence

Le Royaume-Uni planche sur son futur char lourd

La sortie du futur char russe T-14 Armata a fait couler beaucoup d'encre. Dans les rédactions, sur internet, mais aussi et surtout parmi les états-major. À tel point que le Royaume-Uni, déjà en pleine réflexion sur son futur char de bataille, a revu sa copie pour le remplaçant du Challenger II. "L'apparition du T-14 a eu un impact significatif et l'évaluation du nouveau blindage et du système d'auto-défense a fait penser que le canon de 120mm du Challenger II n'était pas suffisant." a déclaré un officier de l'Army. 

Actuellement, 227 Challenger II sont employés par l'Army. L'engin, mis en service en 1994, a succédé au Challlenger I. Si les deux blindés se ressemblent, ils ont en réalité très peu en commun. À commencer par le canon. Le Challenger II est équipé d'un L30A1 de 120mm à âme rayé. Et c'est notamment ce qui fait la spécificité de ce char. Ce canon peut tirer l'ensemble des types de munitions de calibre 55 existantes, y compris les obus HESH (High Explosive Squash Head). Le calibre du L30A1 ne lui permet pas d'être au standard OTAN, mais il en fait un redoutable chasseur de char, avec une portée effective de 8 kilomètres. Les obus flèches, qui ont presque le monopole dans le domaine de la lutte antichar, restent létaux jusqu'à 3 kilomètres. 

Mais cela suffira-t-il face à des engins blindés comme le T-14 ? C'est la question que se posent les officiers supérieurs. "Nous avons eu des problèmes avec les chars que nous avons, et si nous ne faisons rien nous en aurons encore." a déclarer le général Sir Nick Carter. Néanmoins, ce dernier précise que les Challenger restent les Main Battle Tank de l'Army, et qu'ils sont parfaitement au niveau conformes à la volonté stratégique de l'état-major. En plus du canon, des études sont en cours quant à la pertinence future de l'emploi d'obus flèche. Car l'évolution du design des tanks, et notamment dans leurs courbes, fait que les obus ont de plus en plus tendance à ricocher. 

Remplacer les Challenger II ? Les moderniser ? Si les deux propositions sont à l'étude, rien n'a encore été décidé. Un kit de modernisation est à l'étude. Il visera à remplacer les obsolescences. Mais ne permettra que de prolonger la durée de vie de quelques années. Des industriels ont affirmé que des discussions étaient en cours avec le Ministère de la Défense pour l'étude de plusieurs blindés. 

De leur côté, les allemands étudient le remplacement de leurs Leopard-2, peut-être avec les français qui planchent sur l'allongement de la durée de vie opérationnelle du Leclerc jusqu'en 2040. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.