Logo Journal Les Sentinelles - Actualité sécurité et défense

La roquette à induction de Thalès
Roquette à induction de Thalès Group © Thalès Group

La roquette à induction de Thalès

 La roquette de l'hélicoptère Tigre, est une roquette de 68mm produit par Thalès group, dont le rôle est la neutralisation d'objectifs terrestres faiblement blindés.

Les caractéristiques de ce type de roquette dépendent du poids, de la longueur et de la masse de cet instrument tactique. Pour la roquette du Tigre appui-destruction (HAD) destiné à l'attaque et à l'appui-feu, les caractéristiques techniques se définissent par une longueur de 1,9m, une masse de 7,5kg et une portée maximale de 5 km. Le Tigre français peut ainsi emporter jusqu'à 68 roquettes, comme cela fut notamment le cas lors de l'opération Serval puis Barkhane.

Selon Thalès, « la nouvelle génération de systèmes de roquettes à induction permet aux forces armées modernes d’élargir le spectre de leurs missions pour tous les types de plateformes, tout en respectant les normes OTAN les plus contraignantes ».

L'élargissement du spectre des missions est notamment le résultat de programmes de recherche et développement dont la résultante est une multiplication par 3 de la précision, et l'aptitude des roquettes à être guidées à précision sub-métrique. Une nouveauté remarquée de la prochaine roquette à induction de Thalès group, est l'inviolabilité des données qui sont cryptées.

En juillet 2016, la Direction générale de l'armement avait annoncé avoir passé une commande auprès de l'entreprise TDA Armement pour intégrer ces roquettes sur les Tigre HAD de l'ALAT. Le contrat qui s'élève à 30 millions d'euros, comprend une phase de développement, de qualification et de production en série de ces mêmes roquettes.

Les premières roquettes doivent être livrées à partir de 2020. On voit déjà l'utilisation de ce genre de roquette à l'encontre de pick-up comme ont pu le réaliser les forces de Barkhane ou les forces de la coalition en Irak et en Syrie. Aujourd'hui, les opérations sans hélicoptères sont à compter sur les doigts des mains. L'hélicoptère est devenu un point central de l'arbre de la guerre. Sa mobilité, son armement, et la mise en réseau permit entre moyens humains et matériels sont les raisons de son rayonnement. La France, comme l'ensemble des Etats occidentaux, connait un regain dans l'usage de l'hélicoptère. La roquette de 68 mm sera donc un atout pour les machines qui seront appelées à voler dans la BSS, au Levant ou dans les futures éventuelles opérations.

Commentaires

  1. Ysgawin HADDAD
    le 09/09/2016 à 11h51

    7,5 kg, 5km de portée et précision sub-métrique : quant est-ce qu'on les qualifie sur nos nouveaux drones Patroller ?

  2. DIDIER LEGRANDJACQUES
    le 09/09/2016 à 16h39

    @ HADDAD.... L'intégration de ce système d'arme sur les Patrollers n'est pas je pense pas une difficulté technique mais plutôt celui d'un clause de "moralité" appelons ça comme cela - C'est que nous avons des valeurs nous en France...! Je parierai ma chemise que nous y viendront à un moment donné et je serai très surpris que cette possibilité ne soit pas une certitude dans la tête de nos responsables militaires ! Nous aurons simplement perdu, comme souvent, du temps ! Concernant la production de ces roquettes, 2020 me semble être ...très loin pour un système d'arme dont on nous répète à l'envie qu'il est abouti - Les forces armées ne seraient pas engagées dans des opex et le recours aux interventions d'appuis hélico de plus en plus courantes, je penserai que nous pouvons bien patienter - Ce n'est pas le cas et les économies d’échelle que nous ferai gagner avec l'entrée en service de ces roquettes seraient les bienvenues je pense - Quid donc de ces délais prohibitifs...budgets non prévus ?

  3. Dimitry Gaulois
    le 28/10/2016 à 09h17

    1ères livraisons en 2020, alors que le système a déjà été testé plusieurs fois en 2015 et fonctionne nous dit-on : c'est bien lent je trouve, alors qu'on nous dit dans d'autres articles que cette nouvelle munition permettra enfin de ne pas dépenser 350 000€ (prix d'un missiles Hellfire) à chaque fois qu'on veut détruire un pick-up ou une pièce d'artillerie depuis 3-4 km de distance... Pourquoi de délais trop long ? Sans doute quelque technocrate qui veut se faire mousser en étalant la dépense, car actuellement le contrat notifié par la DGA porte juste sur le développement et l'intégration de la nouvelle roquette sur le Tigre HAD Block-2, pas sur la commande de munitions elle-même, qui devr faire l'objet d'un autre contrat...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.